TITRE - Nos actualités

Quoi de neuf à la MGAS ?

Dans cette rubrique, je retrouve des informations pratiques sur des thèmes comme la santé, la prévention, le bien-être, mais aussi des actualités relatives à la MGAS !

Categories

Agrégateur de contenus

Edulcorants : aucun intérêt pour perdre du poids
Edulcorants dans notre alimentation

> Edulcorants : aucun intérêt pour perdre du poids

Edulcorants : aucun intérêt pour perdre du poids

Toutes les actus

Le 20.01.2015 dans Actualités / Santé

Aspartame, acésulfame K, sucralose... L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail fait le point sur les intérêts et les risques pour la santé des édulcorants intenses.

Selon une expertise menée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), les édulcorants intenses ne présenteraient aucun bénéfice sur le contrôle du poids, la glycémie et l'incidence du diabète de type 2. Autre constat, leur consommation ne serait pas liée à une augmentation de l'appétence pour le goût sucré.

Des produits très consommés

En France, les édulcorants intenses les plus utilisés sont l'aspartame, l'acésulfame K et le sucralose. Ils sont consommés afin de réduire les apports en sucre, mais aussi pour aider à contrôler la glycémie chez les diabétiques. Au cours des vingt dernières années, et notamment à cause des préoccupations liées à l'obésité et au surpoids, les produits à base d'édulcorants ont connu un succès grandissant. D'ailleurs l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'Alimentation, de l'Environnement et du Travail (ANSES) explique que "l'utilisation des édulcorants intenses entraîne dans la plupart des cas un moindre apport énergétique à court terme". En clair, leur consommation permettrait de diminuer nos apports caloriques. Cependant, il n'a pas été démontré de bénéfice sur la prévention du diabète de type 2 et sur le contrôle de la glycémie.

 

Absence de risque pour la santé

Dans son évaluation rendue publique, l'Anses met en évidence le déficit de données pertinentes sur les bénéfices potentiels de la consommation d'édulcorants. Elle estime ainsi qu'il n'existe pas "d'élément probant permettant d'encourager la substitution du sucre par des édulcorants intenses dans le cadre d'une politique de santé publique". Enfin, l'Agence revient sur l'innocuité des édulcorants. Aucun risque n'a été démontré en lien avec le développement d'un diabète ou de cancers. Par ailleurs, aucun lien n'a pu être démontré entre la consommation d'édulcorants et l'habituation au goût sucré !

Sources : Anses, 9 janvier 2015. (Destination santé ©) https://www.anses.fr/fr

Contenus relatifs d'actualités

Ces articles pourraient également vous intéresser :

A lire aussi

  • Santé
    Le 2014-05-18

    Le surpoids pendant la grossesse pèse sur le bébé

    Une récente étude montre que le surpoids et l'obésité maternelle dur...

    Lire la suite
  • Santé
    Le 2015-10-27

    La viande rouge "probablement cancérogène"

    Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l'OMS à Lyon a classé...

    Lire la suite
  • Santé
    Le 2013-11-15

    Nutrition : les recommandations du PNNS bonnes pour le coeur !

    Manger, bouger. En quelques années, ces deux verbes sont devenus indissociables, grâce ...

    Lire la suite